Une aide précieuse peu connue pour arrêter de fumer… et qui se combine très bien avec l’hypnose !

Une aide précieuse peu connue pour arrêter de fumer… et qui se combine très bien avec l’hypnose !

Vous avez essayé pleins de méthodes douces pour arrêter de fumer : la sophrologie, l’acupuncture, l’hypnose et peut-être bien d’autres techniques. Certaines ont permis une diminution de nombre de cigarettes par jour mais pas l’arrêt définitif. Il est possible qu’il vous manque un dernier petit coup de pouce pour y arriver… Une aide, une béquille dont on ne pense pas forcément lorsqu’on décide de stopper la cigarette.

Avant de connaître ce coup de pouce qui peut faire toute la différence, il faut que vous en sachiez plus sur les effets du tabac sur notre système nerveux. Comme nous l’avons vu dans cet article (Les bénéfices de la cigarette), le fait de fumer modifie la chimie de notre cerveau. La nicotine (et bien d’autres substances) va mimer un messager chimique présent dans notre cerveau. Ceci va entrainer la libération de différentes substances :

  • La noradrénaline qui augmente l’impression d’alerte
  • La sérotonine qui donne un sentiment de plaisir et de détente
  • La dopamine qui est impliquée dans le circuit de la récompense

Sérotonine et dopamine sont des noms qui sont relativement connus du grand public. Ces molécules font parties des neurotransmetteurs impliquées dans les processus de dépression.

Ceci explique sans doute pourquoi certaines personnes dépressives commencent à fumer : la cigarette, dans ces cas, jouent le rôle d’antidépresseur. On peut comprendre ici également l’apparition des symptômes dépressifs chez certains fumeurs en période de sevrage. Cette dépendance physique dure une vingtaine de jours en moyenne. Cela peut paraître long et faire replonger la personne qui avait décidé d’arrêter de fumer. Surtout si les symptômes de sevrage sont importants (ils peuvent différer beaucoup d’une personne à l’autre).

Heureusement, il existe des solutions, simples et peu onéreuses pour passer cette période difficile. Certains compléments alimentaires vont permettre de maintenir un équilibre chimique dans votre cerveau malgré l’arrêt de la cigarette.

Micronutrition et arrêt du tabac

Les compléments alimentaires ci-dessous vont permettre d’apporter les éléments nécessaires à la fabrication des neurotransmetteurs impliquées dans le processus de sevrage. On va parler ici de micronutrition. L’idée n’est pas de vous assommer d’informations scientifiques mais de vous apporter les clés essentielles pour vous aider. Pour ceux qui veulent aller plus loin, nous avons créé un ebook gratuit (disponible prochainement) comportant des informations plus pointues ainsi qu’un questionnaire vous permettant d’identifier vos carences.

La L-Tyrosine* : un acide aminé qui peut faire la différence lorsqu’on arrête de fumer

La Tyrosine est le précurseur de la dopamine et de la noradrénaline. Autrement dit, en se supplémentant en tyrosine, nous fournissons au notre organisme les « briques » nécessaires à la fabrication de ces neurotransmetteurs. Se supplémenter en tyrosine dans le cadre d’un arrêt du tabac est intéressant.

L’armée américaine a mené de nombreuses études scientifiques pour vérifier l’efficacité de ce complément en situation de stress. Non seulement, elle permet de diminuer la nervosité mais accroit parallèlement la vigilance, l’attention et la motivation. Cela ne vous rappelle rien … ? Cela ressemble beaucoup aux effets de la cigarette. Et ce n’est pas tout, elle a, comme le tabac, un effet coupe faim.

Une étude menée par des chercheurs néerlandais (1), montre que la tyrosine augmente nos capacités d’inhibition : elle nous permet d’avoir plus de contrôle sur ce que l’on ne veut pas faire comme sortir une cigarette de son paquet par exemple.

Expérience personnelle : j’ai pris et je prends encore de la tyrosine (1000 mg/jour). Par pour l’arrêt du tabac (cela fait maintenant plusieurs années que j’ai arrêté) mais pour son effet boost. J’ai plus d’énergie et par conséquent davantage de motivation pour réaliser mes tâches quotidiennes. Je suis également plus « focus » sur ces tâches, ce qui m’apporte un réel gain de temps sur mes journées. J’achète ma tyrosine ici*.

Le 5-HTP*

Cette molécule est aussi appelée le 5 hydroxy-tryptophane. Elle est présente naturellement en grande quantité dans les graines de Griffonia Simplicifolia (plante d’origine africaine) mais peut être synthétisée chimiquement. Le 5-htp est la molécule précurseur de la sérotonine : ce fameux neurotransmetteur du plaisir et du bien-être.

Il y a un lien entre notre taux de sérotonine et les compulsions alimentaires. Si vous prenez du poids lorsque vous arrêtez de fumer, c’est vers le 5-HTP* qu’il faut se tourner. Une étude croisée (2), en double-aveugle, a trouvé que l’utilisation de 5-HTP réduisait la consommation de calories malgré le fait que les participants n’aient fait aucun effort conscient pour manger moins. Les sujets sous placebo consommaient environ 2300 calories par jour contre seulement 1800 pour ceux sous traitement. L’usage du 5-HTP semblait conduire à une stimulation de la sensation de satiété après avoir mangé. Au bout des 5 semaines d’étude, les femmes supplémentées avaient perdu sans effort plus de 1,5 kg.

Le 5-HTP permet également d’agir sur l’humeur et diminue les symptômes de dépression. Il améliore également la qualité du sommeil (durée et profondeur). Lorsqu’on arrête de fumer, les premiers jours d’arrêt peuvent être synonyme d’insomnies, et il peut être judicieux alors de penser au 5-HTP pour retrouver Morphée.  

Pour aller plus loin, et définir mes besoins…

Il existe bien autres compléments alimentaires qui peuvent aider dans cette période de sevrage tabagique. La micronutrition est une véritable science, et un article ne suffit pas à tout aborder même par rapport au seul thème de l’arrêt du tabac. Si voulez allez plus loin, vous pouvez télécharger gratuitement notre ebook qui contient de nombreuses informations sur les thèmes suivants :

  • Identifier ses carences nutritionnelles avant l’arrêt du tabac
  • Quels compléments alimentaires (micronutrition) dois-je prendre ? En quelle quantité ?
  • A partir de quand je dois commencer à prendre mes compléments alimentaires ?

Pour conclure, dans cet e-book, on vous guide, pas à pas, pour obtenir le meilleur de la micronutrition et ainsi maximiser vos chances de réussite d’arrêt du tabac.

*par soucis de transparence, nous vous indiquons que ces liens sont des liens d’affiliation. Si vous achetez via un de ces liens, une (maigre) commission nous est reversée… Cela peut être une façon de nous remercier pour tout le contenu gratuit que nous mettons à votre disposition 😊

  1. Eating to stop: Tyrosine supplementation enhances inhibitory control but not response execution. Neuropsychologia DOI: 10.1016/j.neuropsychologia.2013.12.027
  2. The effect of oral 5-hydroxytryptophan administration on feeding behaviour in obese adult female subjects. Ceci F. et al., J Neural Transm, 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *