Peut-on se faire rembourser les séances d’hypnose pour arrêter de fumer ?

Peut-on se faire rembourser les séances d’hypnose pour arrêter de fumer ?

Le coût d’un accompagnement en hypnose pour stopper la cigarette peut paraître onéreux. Les prix peuvent être très variables d’un praticien à un autre. Certains fonctionnent à la séance et d’autres par forfait. De manière générale, il faudra débourser entre 100 et 300 euros pour un accompagnement. Devant cette somme, il est légitime de se demander s’il est possible d’être remboursé. A noter, nous proposons des séances MP3 d’hypnose pour un prix bien inférieur à cela : un tel accompagnement suffit, dans la plupart des cas, pour arrêter de fumer.

La sécurité sociale prend elle en charge les séances d’hypnose ?

L’hypnose est une technique. Bien qu’elle puisse avoir des effets sur le corps, elle n’est pas considérée comme un acte médical en soi. On peut néanmoins prétendre à être remboursé en partie sous certaines conditions. Le remboursement est assez faible au regard du coût réel de la séance. La sécurité sociale remboursera 70% du tarif de convention d’une consultation soit 70% de 25 euros. Pour cela, la séance d’hypnose doit être faite par un médecin et dans le cadre d’un parcours de soins coordonnés. Votre mutuelle, le plus souvent, participera au remboursement, comme dans le cadre d’une consultation classique.

Lire la suite Lire la suite

Comment lever certains blocages à l’arrêt du tabac grâce à l’hypnose ?

Comment lever certains blocages à l’arrêt du tabac grâce à l’hypnose ?

Pascal vient d’être papa d’une petite fille … Il a décidé d’arrêter de fumer car fumer ne correspond pas à l’idée du père qu’il veut être.

Il a essayé différentes méthodes avant de venir me rencontrer : la volonté, les patchs et les médicaments (ces derniers l’ont rendu malade selon ses dires). Toutes se sont soldées par un échec. Comme beaucoup, par désespoir, il en est venu à l’hypnose.  

Pascal s’en voulait énormément de ne pas réussir à arrêter la cigarette pour son enfant. Ses échecs répétés ont mis à mal son estime de soi : « je n’ai pas de volonté, je me sens nul de ne pas y arriver ». Ce qui m’a le plus touché dans son discours, c’est qu’il n’arrivait même plus à profiter des moments où il embrassait son enfant. Il avait peur que sa fille devienne fumeuse plus tard à cause de lui, à force de respirer les odeurs de tabac. La honte de fumer était devenue obsessionnelle.

Lire la suite Lire la suite

Un exercice surprenant d’efficacité à faire chez vous pour gérer les envies de cigarettes

Un exercice surprenant d’efficacité à faire chez vous pour gérer les envies de cigarettes

Lorsqu’on arrête de fumer, on se rend assez vite compte que la simple volonté suffit rarement pour se débarrasser de la cigarette. Dans la période de sevrage, l’envie de fumer peut se manifester des dizaines de fois sur une journée, et la moindre contrariété peut nous amener à recraquer.

Nous avons vu dans de nombreux articles comme celui-ci, qu’un fumeur a appris à associer la cigarette au plaisir et à bien d’autres sensations agréables. Ce sont ces liens qui rendent l’arrêt du tabac si difficile.

Voici un exercice qui va vous permettre de casser ces neuro-associations qui lient cigarettes et plaisir. Il est emprunté à la PNL (Programmation Neuro Linguistique) qui correspond à un ensemble de techniques que l’on utilise notamment dans une séance d’hypnose. Pas besoin d’être en état d’hypnose pour faire cet exercice mais, en le réalisant, il y a de fortes chances qu’un léger état d’hypnose se mettent en place.  

Lire la suite Lire la suite

Comment arrêter de fumer du jour au lendemain ? Est-ce possible ?

Comment arrêter de fumer du jour au lendemain ? Est-ce possible ?

Comment arrêter de fumer d'un coup

  • « Pourquoi voulez-vous diminuer et pas arrêter complétement »
  • « J’ai envie d’arrêter de fumer. Je vais commencer par diminuer ma consommation quotidienne de cigarettes … et après j’arrêterai définitivement. Oui je ne suis pas tout à fait prêt pour arrêter il vaut mieux faire ça en douceur. »   

Nombreux sont les fumeurs qui entreprennent de diminuer la cigarette avec pour intention d’arrêter ensuite. Cette stratégie semble plus douce mais est-elle efficace ? Derrière cette stratégie, il y a souvent la croyance qu’arrêter de fumer d’un seul coup est difficile voire impossible.

Dans son livre « La méthode simple pour arrêter de fumer », Allen Carr déconseille fortement cette stratégie. Bizarre non ? Pas tant que ça. Lorsqu’on étudie les leviers psychologiques qui maintiennent notre addiction, on se rend compte que le sevrage progressif est un leurre qui peut même parfois renforcer la dépendance.

Certains fumeurs pensent souvent que l’arrêt brutal de la cigarette va être un enfer à cause du manque de nicotine. Ils préfèrent y allez par paliers. Augmenter la période de sevrage (en arrêtant de fumer progressivement) va étaler dans le temps les sensations de manque. Cela parait alors plus facile à gérer mais augmente les risques d’échec. Pourquoi ? Parce qu’étaler ces sensations de manque sur plusieurs semaines met à mal notre volonté d’arrêter de fumer.  Cette volonté est forte au début mais diminue ensuite et c’est à ce moment que les rechutes vont se produire. Lorsqu’on arrête d’un seul coup, les symptômes de sevrage seront plus forts mais ne dureront que quelques jours.

Lorsqu’on diminue progressivement son tabagisme, on donne inconsciemment du pouvoir à la cigarette. En effet, ne pas arrêter d’un seul coup renforce la croyance qu’arrêter de fumer est difficile. Or même si vous arrêter progressivement, à un moment donné il vous faudra arrêter. Un autre phénomène aussi se passe. Passer de 20 cigarettes à 5 cigarettes par jour amène à faire en sorte que ces dernières cigarettes deviennent très importantes. Le moment de fumer (devenu rare) devient encore plus sacré. On renforce nos liens entre nous et ces dernières clopes. A tel point que l’obsession devient constante : après avoir fumer cette rare cigarette, on ne pense ensuite qu’à la suivante. On passe alors à côté de pleins de chose de la vie. Allen Carr parle même d’un de ces clients qui avaient réussi à diminuer sa consommation jusqu’à une seule cigarette. Il commençait cette unique cigarette le matin, et l’éteignait, la rallumait, et ainsi de nombreuses fois dans la journée. Ce client avait le bout des lèvres brulées car il fumait le tube presque jusqu’à son extrémité. Inutile de préciser que cette personne n’en pouvait plus et vivait une terrible souffrance. Il était attaché, malgré lui, à cette unique cigarette.

L’un des dangers d’arrêter progressivement est aussi de ne pas arrêter du tout. Et oui, arrêter progressivement c’est aussi, indirectement, remettre à plus tard l’arrêt définitif. Deux ou trois cigarettes par jour, ce n’est pas ça qui va altérer ma santé. C’est que l’on pourrait croire mais la vérité est tout autre. Les « petits » fumeurs, c’est-à-dire les personnes qui fument entre 1 et 4 cigarettes par jour, ont 50% de risque en plus de mourir précocement par rapport aux non-fumeurs. Cela a été démontré dans une étude canadienne portant sur 43000 personnes (Lien de l’étude : https://tobaccocontrol.bmj.com/content/14/5/315.full).

Vous l’aurez compris, dans la très grande majorité des cas, arrêter net est la solution pour se débarrasser de la cigarette. Bien sûr, il existe des exceptions. Il reste possible, en utilisant l’hypnose, de retirer dans un premier temps les cigarettes qui n’ont pas de réel « intérêt » dans notre quotidien, c’est-à-dire celles que l’on fume par habitude ou par automatisme. Ceci peut permettre par exemple, de prendre confiance en l’outil (ou l’hypnothérapeute) et de faire, quelques semaines plus tard, plus sereinement LA séance d’hypnose d’arrêt du tabac définitif, séance pendant laquelle les cigarettes restantes pourront sortir du quotidien.