Arrêter de fumer grâce à l’Hypnose vs substituts nicotiniques

Arrêter de fumer grâce à l’Hypnose vs substituts nicotiniques

Arrêter de fumer grâce à l'Hypnose vs substituts nicotiniques

Allen Carr est un personnage assez connu dans le monde de l’arrêt du tabac. Il a développé une méthode qu’il décrit dans « La méthode simple pour en finir avec la cigarette ». Dans ce livre, vendu à plusieurs millions d’exemplaires, l’auteur nous raconte qu’il a utilisé l’hypnose pour arrêter de fumer. Malgré son tabagisme important (plusieurs paquets de cigarettes par jour), il va même jusqu’à décrire sa période de sevrage comme réjouissante ! Selon lui, l’usage de produits pharmaceutiques compensant le manque de nicotine n’est pas une bonne stratégie car elle renforce le sentiment de sacrifice et la peur du manque.


Tout ceci constitue le jugement et l’expérience de l’auteur. Mais qu’en est-il réellement ?

Que racontent les études scientifiques sur l’hypnose pour l’arrêt du tabac ?

Il existe de nombreuses études scientifiques sur les patchs, gommes et autres substituts nicotiniques. Celles-ci sont financées, pour une très grande partie, par l’industrie pharmaceutique. Les études concernant l’efficacité de l’hypnose vis-à-vis de l’arrêt du tabac sont moins nombreuses mais existent. Une de celles-ci a retenu notre attention car elle compare l’efficacité de l’hypnothérapie avec celle des substituts nicotiniques.

Cette étude, parue en 2014 dans Complementary Therapies in Medicine , a été réalisée sur des patients hospitalisés pour une maladie cardiaque ou pulmonaire. Les candidats ont été divisés en 4 groupes de nombre équivalent :

  • Individus ayant reçu un traitement nicotinique pendant un mois
  • Individus ayant reçu une séance d’hypnothérapie de 90 minutes
  • Individus ayant reçu une séance d’hypnothérapie combinée à traitement nicotinique
  • Individus ayant refusé toute intervention et qui constitue alors le groupe témoins

Les résultats sont mesurés 26 semaines après l’hospitalisation. Le taux d’abstinence tabagique chez les personnes ayant pris un traitement nicotinique est de 18% alors qu’il atteint les 36,6% chez les personnes qui ont reçu la séance d’hypnose !

Chez les personnes ayant combiné les 2 méthodes, on n’observe pas d’effet cumulatif : le taux de réussite est le même qu’avec l’hypnothérapie seule.

Autre élément important qu’apporte cette étude : les patients ayant reçu le traitement nicotinique ont le même taux d’échec que le groupe témoin…

C’est donc la victoire de l’hypnose sur les substituts nicotiniques !

 

Comment expliquer ces résultats de l’hypnose face aux substituts nicotiniques ?

Les substituts nicotiniques montrent, au cours du temps, leurs limites (voir article « La vérité sur les substituts nicotiniques »). On ne traite qu’une toute petite partie du problème : une carence en nicotine qui, selon les auteurs, n’existerait pas.

L’hypnose va prendre en compte la totalité de l’individu et les raisons qui le poussent à fumer. Un fumeur fume par habitude et pour répondre à différents besoins. Tout ceci se joue à un niveau inconscient. C’est d’ailleurs pour cela qu’avec la seule volonté, il est difficile d’arrêter de fumer. L’hypnose va permettre de rééduquer l’inconscient. Pendant la séance, le praticien en hypnose va amener l’inconscient de la personne à changer ses stratégies : lui indiquer par exemple qu’il existe d’autres façon de satisfaire un besoin de détente que de fumer une clope.

Souvent, on se tourne vers les patchs quand on décide d’arrêter de fumer. A la lecture de ces résultats, pourquoi ne pas avoir d’abord le réflexe hypnose ?

Lien de l’étude sur l’hypnothérapie

 

2 thoughts on “Arrêter de fumer grâce à l’Hypnose vs substituts nicotiniques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *