Quel est le moment idéal pour arrêter de fumer ?

Quel est le moment idéal pour arrêter de fumer ?

Quel est le moment pour l’ arrêt du tabac ? Je préfère être clair dès le départ : il n’y en a pas. Vous trouverez toujours une excuse : j’ai mon examen dans un mois, j’ai une soirée demain, je suis fatigué en ce moment, j’en ai besoin pour tenir… C’est d’ailleurs dans ces cas là qu’on peut voir certaines raisons cachées ou non de notre attachement à la cigarette : la détente, le lien social, l’effet stimulant… Par contre, il existe certains moments plus propices que d’autres pour stopper net le tabac.

Comment expliquer l’arrêt rapide, sans manque, de certains accros ?

Pendant la guerre de Vietnam, 20 % des soldats américains prenaient régulièrement de l’héroïne. Les autorités craignaient le retour de ces soldats devenus « junkies ». Pourtant, une fois la guerre terminée, 95 % de ces soldats arrêtèrent spontanément la consommation de cette drogue : pas de symptômes de manque, pas besoin de cure de désintoxication.

Comment expliquer ce phénomène ?

Des expériences menées par le Professeur Bruce Alexander dans les années 70 apportent un premier éclairage. On place un rat seul dans une petite cage nue. Il a le choix entre consommer de l’eau pure ou de l’eau mélangée avec de l’héroïne. Quelques jours plus tard, le rat meurt d’overdose… Une seconde expérience est menée mais cette fois-ci avec une cage « full option » : nourriture à volonté, espace de jeux, congénères et donc possibilité d’avoir des interactions avec les autres (et oui même les rats ont des relations sociales), … Dans ce cas-là, le rat consomme de l’héroïne mais en quantité faible, il boit essentiellement de l’eau pure et ne développera jamais d’overdose bien que la drogue soit constamment à disposition.

Quel est le point commun entre ces expériences ? Des conditions défavorables, stressantes où nos besoins ne sont pas comblés (sécurité, interactions avec les autres, …) induit une addiction. Un environnement plus favorable permet de se détourner de celle-ci.

Quel est l’apport de ces expériences par rapport à l’arrêt du tabac ?

Heureusement, il n’est pas indispensable de s’engager dans un conflit armé pour trouver ensuite la bonne occasion de s’arrêter de fumer. Profitez d’un changement de contexte positif pour arrêter est une bonne stratégie. Un de mes cousins a commencé à fumer lorsqu’il était « expat » en Russie. Une fois sa mission terminée, il est revenu en France et n’a eu aucun mal à arrêter. Il avait fumé pendant plusieurs années. Que ce serait-il passé s’il était resté là-bas, s’il n’avait pas eu cette occasion de revenir ? Devons nous attendre la bonne occasion ou la créer ? On touche alors à autre chose, quelque chose de beaucoup plus élevé : celui de reprendre les rênes de notre vie. Décider de quitter un travail stressant, changer de contexte familial et avoir des relations plus saines, prendre du temps pour soi et s’octroyer des pauses, … L’arrêt du tabac devient alors l’occasion de respecter ses besoins fondamentaux et d’améliorer en fin de compte son existence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *