Articles ayant pour
Étiquette : Fumer

Quels sont les effets positifs de la cigarette sur le corps ?

Quels sont les effets positifs de la cigarette sur le corps ?

Bien sûr, cet article n’est pas destiné à faire l’apologie de la cigarette. Les fumeurs prêtent beaucoup d’avantages au fait de fumer. Nous pensons qu’il est important de distinguer ce qui est scientifiquement vrai de ce qui ne l’est pas. De plus, connaître les avantages physiques que nous apportent la cigarette permet de comprendre pourquoi il peut être difficile d’arrêter le tabac.

L’un des plus connus : fumer m’empêche de grossir. Cet effet est réel et explique en partie pourquoi tant de fumeurs prennent du poids en période de sevrage. La nicotine agit par exemple sur notre cerveau : elle active directement certains neurones de l’hypothalamus et entraine alors une diminution de l’appétit d’où l’effet coupe faim de la cigarette. Mais l’effet de la cigarette ne s’arrête pas là : fumer va modifier le métabolisme de sucre, notre microbiote, le goût des aliments … et donc diminuer notre faim et/ou notre capacité à stocker des graisses. Un article qui explique davantage le lien entre cigarette et prise de poids a été publié ici.

Certains attribuent à la cigarette un effet « boost ». D’autres affirment qu’elle les aide à se détendre. En fait, fumer va provoquer les deux à la fois et augmenter le niveau de vigilance chez le fumeur. Des études montrent que la prise de nicotine permet de raccourcir le temps de réaction sans augmenter le nombre d’erreurs. Cette substance est d’ailleurs référencée dans le dictionnaire du … dopage ! Cette dualité de la cigarette s’explique par le fait que la nicotine va favoriser la libération de nombreux neurotransmetteurs : la dopamine qui est excitatrice, est la plus connue concernant les addictions, mais elle n’est pas la seule. On peut citer entres autres la sérotonine qui est inhibitrice et qui est responsable des effets relaxants de la cigarette. Ceci explique pourquoi tant de personnes qui souffrent de dépression commencent à fumer. En modifiant la chimie de notre cerveau, la cigarette modifie notre humeur.

Fumer rend viril : c’est le message que certaines campagnes de pub essayaient de nous faire passer. Aujourd’hui, on peut se dire que tout cela c’est de la manipulation. Et pourtant, la nicotine a bien un effet masculinisant. Elle va favoriser la production de testostérone tout en empêchant la dégradation de celle-ci. Elle inhibe même la production d’œstrogènes (hormones féminisante). Cet effet masculinisant touche donc même … les femmes.

Lire la suite Lire la suite

Quels sont les symptômes de sevrage lorsqu’on s’arrête de fumer ?

Quels sont les symptômes de sevrage lorsqu’on s’arrête de fumer ?

Il peut être important de connaître les effets secondaires qui peuvent apparaître après l’arrêt du tabac. Ceci afin de développer des stratégies pour les diminuer mais aussi pour diminuer son stress face à ces changements. Il est rassurant de savoir que ces insomnies qui durent depuis quelques jours sont « normales » en début de sevrage. Elles sont temporaires et il s’agit juste d’un cap à passer. Un sommeil de qualité revient généralement de façon naturelle 1 à 3 semaines après l’arrêt du tabac.

Il est important de souligner qu’il est peu probable que vous soyez concerné par tous les symptômes de sevrage… Ouf ! Ceux-ci dépendent de votre consommation de cigarettes mais également de votre organisme et sa façon propre de fonctionner. Ils s’estompent bien souvent en moins d’un mois. Certaines méthodes comme l’hypnose permettent également de diminuer voire d’empêcher certains effets indésirables du sevrage tabagique.

Lire la suite Lire la suite

De la première cigarette à l’arrêt du tabac.

De la première cigarette à l’arrêt du tabac.

Vous en souvenez-vous ? Pour ma part c’était à la sortie du lycée. On avait fini 1h avant, c’était le printemps, on était assis tranquillement et là, un copain m’en a proposé une… J’ai toussé plusieurs fois, les potes ont ri. J’avais la tête qui tournait et envie de vomir :  bref j’ai trouvé ça écœurant. La seconde le sera un peu moins, puis après quelques-unes, on arrive à commencer à s’habituer à cette chose qui a un goût dégueulasse à la base. C’est fou non ? On se rend compte que devenir fumeur demande au final un certain nombre de qualités. Du courage, de la persévérance, une sorte d’abnégation … Effectivement, tout ceci est nécessaire afin d’aller au-delà du dégoût des premières cigarettes.

De la première cigarette à l'arrêt du tabac - TabacoBlog

Mais est-ce que la première cigarette est réellement le début de l’histoire ?

Notre histoire avec la cigarette commence souvent très jeune, dès les premières années de sa vie. Certains liens inconscients vont se créer faisant le lit de l’addiction.

Lire la suite Lire la suite

Fêter ses victoires face à l’arrêt du tabac

Fêter ses victoires face à l’arrêt du tabac

Griller une bougie au lieu de griller une clope…

Arrêter de fumer nous fait faire des économies. Le paquet étant passé à 8 euros en Mars 2018, une personne qui fume 10 cigarettes par jour économisera environ 2400 euros par an. On peut diluer dans les dépenses courantes, ou on peut choisir d’en dépenser une partie pour se récompenser des efforts réalisés. Cette deuxième solution rend plus palpable les économies réalisées et peut même davantage nous aider à tenir bon.

Récompensez-vous face à l’arrêt du tabac:

Se récompenser après un mois ou une année sans tabac peut être une bonne stratégie pour rester motivé et garder le cap dans la durée. Ceci peut même se faire pour des petites victoires : fêter sa première semaine d’arrêt ou s’octroyer un petit plaisir parce qu’on a réussi à diminuer sa consommation par exemple. Certains d’entre nous seraient plus « sensibles » à cette notion de récompense.

Une étude a été réalisée par le psychologue Stephen J. Wilson afin de savoir si nous étions tous égaux face à cette notion de récompense. Lors de la « pause-clope », il a été proposé à un groupe de fumeurs volontaires de résister à l’envie de fumer. Chaque tranche de 5 minutes sans tabac est récompensée par un dollar. La pause a duré 50 minutes. Certains craquent plus vite que les autres. Comment expliquer cette différence face à l’envie de fumer ? Le cerveau de ce groupe de fumeur a été passé à l’IRM.  Chez les fumeurs capables de résister, une partie du cerveau fonctionne différemment : le striatum ventral est plus actif. Ceci a pour conséquence de les rendre plus sensibles à la « carotte » monétaire : les circuits de la récompense de leur cerveau sont plus actifs.

Lire la suite Lire la suite